Valentine Rondelez, fondatrice de Musair – se reconnecter à ses émotions par l’art pour mieux se reconnecter à son humanité

Entretien avec la fondatrice de Musair, l’application immersive de découverte de l’art. Un entretien tout en délicatesse, de beaux mots bien choisis, une voix douce comme une musique. Valentine Rondelez crée des bains sonores en hommage à chacune des saisons, car nous autres, êtres humains, empêtrés dans nos vies modernes, avons oublié de nous connecter au cycle de la nature. 

Jeune, j’étais plutôt plongée dans mes livres avec mon casque de walkman dans les oreilles. J’ai appris plus tard à m’immerger dans l’art pictural d’abord par les livres, puis avec des amis artistes ou passionnés. Mon mari m’a initiée à la photographie et continue de me partager ses découvertes. J’ai un temps travaillé pour une salle des ventes où j’ai appris à regarder les tableaux. Je me suis récemment inscrite au MOOC Elles font l’Art proposé par le Centre Pompidou pour mieux connaître les femmes artistes et leur engament artistique.

MOOC Elles font l’art – Centre Pompidou

C’est une quête très personnelle et infinie. J’ai toujours été étonnée par tout ce que l’on voit, comprend, ressent en regardant un tableau ou une photographie. C’est intéressant de le, la regarder avec nos yeux d’aujourd’hui, mais ça l’est encore plus lorsqu’il, elle est remis.e dans son contexte de l’époque de sa création ; on comprend alors pourquoi il, elle est novateur.trice ou scandaleux.se, on comprend ce que cela dit de l’artiste et de sa vision du monde. Regarder une oeuvre est toujours l’occasion de dire simplement j’aime ou j’aime pas, d’expliquer pourquoi ou pas, d’échanger des points de vue. Ainsi, regarder un tableau, un film, écouter une musique, lire un livre ne laisse pas indifférent. Ça vous traverse, laissant une trace par ci par là, comme une cicatrice pour vous souvenir de ce que vous avez ressenti : c’est un air qui vous reste en tête, c’est une phrase qui vous guide, c’est un film que vous regardez et regardez de nouveau, c’est un tableau dont vous achetez la reproduction en carte postale pour l’avoir toujours sous les yeux. 

Moi c’est plutôt les magnets sur le réfrigérateur

Valentine Rondelez a fondé Musair car elle est convaincue que les oeuvres du passé ont des choses à nous dire aujourd’hui. Cette femme passionnée par toutes les formes d’art, du rap à la musique baroque, en passant par la peinture flamande et l’art brut, souhaite rendre l’art accessible au plus grand nombre. Par ses capsules sonores et visuelles, elle met en valeur des oeuvres que nos yeux modernes n’ont plus l’habitude de regarder. Elle permet à chacun de se reconnecter à l’émotion universelle ressentie en regardant une oeuvre. 

Petite fille, Valentine est captivée par les mots, elle dévore les livres et ses parents l’encouragent dans la découverte des arts. Aujourd’hui, Valentine a le sentiment de renouer avec quelque chose qui a toujours été là, niché au plus profond d’elle-même. Avec Musair, elle partage la beauté des oeuvres d’art en les faisant parler. Musair est une expérience artistique qui s’adresse à tous, aux amoureux de l’art comme à ceux qui disent que ce n’est pas pour eux. Avec Musair, pas besoin de rentrer dans un musée, il suffit de se laisser guider par ses sens, de regarder et d’écouter ce que les oeuvres d’art d’un autre temps ont à nous dire du nôtre. 

Comment est née l’idée de l’application Musair ?

Valentine Rondelez – Je suis issue du milieu de la communication. J’ai enchaîné les postes dans l’industrie et les services. J’aimais beaucoup mon travail. Et puis en 2018, j’ai fait un burn out. Je suis restée longtemps malade. C’est l’art qui a pansé mes plaies. J’ai osé aller seule dans les musées. Je déambulais une heure ou deux, puis je rentrais chez moi. Mais surtout, j’avais la très grande liberté de me dire que je pouvais revenir lorsque je le souhaitais, je n’avais plus de contraintes. J’ai eu beaucoup de plaisir au contact des oeuvres. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à écrire sur mes ressenti et découvertes. L’idée d’imaginer une activité professionnelle autour des arts a tout doucement émergé. 

De l’idée au projet : une renaissance

VR – A la rentrée 2020, une amie m’a fait connaître Willa, un incubateur qui accélère des projets d’entrepreneuriat dans le domaine de la tech et portés par des femmes. J’ai participé à un boot camp de 3 jours pour passer de l’idée au projet. Je me suis inscrite, je n’avais rien à perdre. J’ai présenté mon idée autour de la découverte des arts, et j’ai gagné ! Là, j’ai vraiment commencé à croire que je tenais quelque chose avec du potentiel. 

Lorsque j’ai commencé à défricher et construire mon projet, écrire pour moi fut le plus riche. Dans mon précédent métier, j’écrivais pour les entreprises pour lesquelles je travaillais. A présent, j’écrivais pour moi et avec ma propre voix que je découvrais. Cela a été salvateur de prendre conscience que j’étais capable de m’exprimer par moi-même avec mes mots propres. C’était comme si je naissais de nouveau. Un nouvel élan de vie et de créativité s’était emparé de moi. 

Lors d’une formation au podcast, j’ai rencontré Soazig. Nous sommes arrivées chacune avec notre projet et nous sommes reparties avec Musair. Ma fille a aussi intégré l’aventure.

Le concept Musair

VR – Nos musées sont remplis de choses merveilleuses que l’on ne regarde pas ou plus. Musair les fait ressortir de l’oubli en créant un lien émotionnel et sensoriel avec le public. C’est une démarche innovante qui parle des oeuvres d’art avec simplicité. On se laisse porter par les sons et l’ambiance, on se sent bien.

Je souhaite mettre chacun en position de regarder avec ses yeux, d’être acteur de son propre regard. Tout le monde peut regarder une oeuvre d’art et de ressentir, qu’il ait ou pas les codes d’interprétation. Tout le monde a aussi le droit de regarder une oeuvre en oubliant ces derniers. J’ai plaisir à dire que regarder une oeuvre d’art c’est comme goûter un vin. On peut tout simplement dire que l’on en aime le goût, mais aussi en définir le cépage, la robe… Et les deux points de vue sont justes. Musair permet d’accéder à une oeuvre d’art par le coeur plutôt que la raison.

Par exemple, nous avons fait une capsule sonore sur le tableau de Jérome Bosch, l’Adoration des Mages. C’est une oeuvre dans laquelle se trouvent une multitude de codes culturels et religieux. Cependant, il raconte d’abord l’histoire d’une maman qui est heureuse de montrer son bébé à ses visiteurs. C’est une scène universelle qui parle à tout un chacun.

https://app.musair.fr/parcours/2/capsule/2

Musair concrètement 

VR – Musair est une web-app, c’est-à-dire un site internet optimisé pour les mobiles. C’est gratuit et sans téléchargement. L’internaute peut décider de contribuer financièrement pour nous soutenir s’il le souhaite. Cet apport numéraire nous permet d’acheter des droits pour les oeuvres dont nous parlons.

Nous proposons des bains sonores au fil des saisons, pour s’immerger dans l’art par le son comme on s’immerge dans l’eau. En ce moment, nous terminons l’hiver et préparons le printemps. A ce jour, deux bains sonores sont disponibles : l’automne et l’hiver. Par exemple, l’hiver regroupe 8 capsules sonores pour découvrir des tableaux en rapport avec le rythme de notre vie en cette saison : le partage autour de la table pendant les fêtes, le rapport au temps et à la nouvelle année, la joie de la découverte de la neige, de se réchauffer à la chaleur d’un chat ou bien encore le froid glacial qui pétrifie Venise.

Musair propose aussi des prestations de médiation culturelle à destination des musées, des monuments et des lieux de patrimoine et de mémoire, comme une aide à la visite et à l’interprétation, in situ ou en ligne. Grâce à notre application et notre écriture, nous proposons d’en valoriser les collections. Nous avons récemment travaillé avec le département de Seine Maritime sur une exposition hors les murs dédiée à Madame Bovary pour le musée des traditions et arts Normands.  Nous avons écrit un texte mis en voix pour mettre en lumière les objets de la vie quotidienne du temps d’Emma Bovary accompagnés des textes de Flaubert, et ainsi donner envie de relire son histoire. 

 Abordes-tu l’art contemporain dans ton application ?

VR – C’est un domaine assez complexe à appréhender notamment en raison des ayants droit qui protègent leur patrimoine. Nous avons écrit cet hiver une capsule d’art brut sur les poupées de voyage de Michel Nedjar en collaboration avec le LaM de Villeneuve-d’Ascq. Ces poupées sont constituées d’objets que l’artiste a récupérés au cours de ses voyages, constituant ses propres cartes du monde. 

Où en est Musair aujourd’hui ? 

VR – Aujourd’hui, Musair est incubé à La Plaine Image. Nous sommes soutenues par la région des Hauts de France ainsi que le programme Femmes Entrepreneuses d’Orange. Nous sommes confiantes, beaucoup d’indicateurs sont au vert. Nous attendons d’avoir plus de visibilité pour créer l’entreprise qui, si tout va bien, le sera cet été. 

Quel est ton rêve avec Musair ?

VR – Je rêve de continuer d’apprendre toujours et encore chaque jour. Après avoir traversé ce moment très difficile du burn out, je savoure d’être capable d’apprendre de nouveau. Mon imagination redémarre. Q’un contact, qu’un contrat n’aboutisse pas, qu’importe, j’aurai appris. 

J’aurai rempli ma mission si je réussis à toucher au moins une personne avec ce que j’écris. Je sais que chacun peut être touché par au moins une oeuvre, alors je les cherche. 

Je n’ai pas vu Valentine. J’ai entendu une âme sensible et vibrante. L’art a cette fabuleuse capacité de se questionner soi-même pour mieux questionner le monde, et ainsi de créer le lien du partage et de l’émotion entre les êtres humains. Valentine conclut : « Dans notre monde actuel, nous sommes sans cesse confrontés à l’injonction de vite passer d’un état à un autre, notre éducation nous oblige à contingenter nos émotions. Musair permet de les redécouvrir pour mieux nous connecter les uns aux autres et au monde. Se mettre tous ensemble autour d’une oeuvre et se demander ce qu’elle continue de nous dire aujourd’hui, ça peut faire tomber beaucoup de barrières pour mieux vivre ensemble. » 

Bientôt disponible, le bain de printemps.

Pour en savoir plus : https://www.musair.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s