Et après?…

10 jours sans écrire une seule chronique. Je vous préviens tout de suite, ce n’est pas ma chronique la plus CRAZY! C’est qu’on en a repris pour jusqu’au 11 mai quand même ! Deux week-ends sont passés, alors j’ai eu le temps de réfléchir et de faire l’aigle (ça y est, je vous ai replacé l’aigle hé hé hé hé hé). Mais aussi de faire le petit colibri. Je vous parlerai pus tard de ce merveilleux oiseau (vous connaissez déjà sûrement la légende du colibri), mais surtout il est joyeux, courageux et est capable d’accomplir de grands exploits.

Pierre Rabhi, ce merveilleux conteur 

Après la sidération, l’affolement, l’organisation, la prise de son rythme, on n’entend présent plus que parler modalités de déconfinement et peur des conséquences économiques et sociales. Se remettre au travail pour construire le monde d’après… C’est vrai que cette économie à l’arrêt, ça ne peut plus durer très longtemps, même si les Etats et l’Europe semblent ne plus être aussi fermes face au remboursement de la dette.

Ouais, et si l’argent disparaissait ?…

On se prépare à vivre une crise importante, 9 millions de personnes sont au chômage partiel. Le monde se referme. Des diplomates nous disent que l’espace Schengen ne sera plus comme avant. La fermeture de l’Europe sur elle-même et en son sein est la nouvelle qui m’a le plus symboliquement touchée récemment, même si je sais que c’est pour éviter la propagation du virus par de trop importants déplacements de population. Comment se réouvrir ensuite, alors que je suis persuadée que c’est en restant en lianes uns avec les autres que nous nous en sortirons?

Ces liens qui peuvent sauver le monde : à lire d’urgence !

Ecouter la radio, regarder la télé ou lire le journal n’est pas des plus rock and roll en ce moment. Il ne s’agit pas de se voiler la face, mais je vois quelques signes positifs dans cette crise. La confiance est revenue dans le domaine des relations professionnelles. Un grand nombre de personnes ont été mises en télétravail et les entreprises se rendent compte que ça fonctionne, chacun est responsable et remplit sa mission. Les personnes dont l’activité nécessitait de travailler sur site sont venues courageusement au travail. Mais on a surtout retrouvé le sens de la fraternité. Cette générosité plus forte encore que la solidarité. On prend des nouvelles de ses proches, on aide un voisin seul et âgé, on coud des masques et des sur-blouses, on confectionne des paniers repas pour les plus démunis. Les idées fusent et les bonnes volontés sont nombreuses. 

Cette épidémie nous relie dans une émotion collective. C’est une expérience que nous vivons tous ensemble, tous en même temps. Elle nous réveille et nous fait faire attention aux autres. L’autre n’est plus invisible, il est même essentiel car c’est lui qui nous fait sentir que nous sommes vivants. 

C’est le moment de dire ce que nous voulons comme futur commun !  

Alors on se lance tous ensemble pour ce monde d’après ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s