Je fais le colibri

Et allez, encore un week-end de passé. Vous le savez, le week-end est synonyme chez moi de questionnement. Et maintenant qu’allons-nous faire? 

On sort ou on sort pas ? Le 11 mai, on pourra faire quoi ? Comment ? Je vous défie d’y entendre clair en écoutant les informations. ça part dans tous les sens. D’un côté je me dis que là-haut, ils font bien ce qu’ils peuvent, entre les injonctions de MEDEF à reprendre le travail et les avertissements de scientifiques devant les nouvelles vagues de l’épidémie. 

En Belgique, c’est pas simple non plus…

Ben finalement, je suis bien confinée. Je me suis créé une petite routine dans mon petit nid bien douillet, j’ai même mis une petite bougie qui sent bon. Mais si je sors le nez de ma couette, c’est pas la joie, vite il me faut un Jet27 !

Il y a plein de gens qui pensent différemment le déconfinement 

Il y a cette collapsologue qui pense que notre modèle économique actuel ignore totalement le vivant, uniformise nos vies et qu’il faut continuer de se mobiliser pour trouver des solutions et entamer la décroissance. 

Il y a cet économiste qui pense qu’il faut rapidement s’ouvrir de nouveau vers l’extérieur, tout en régulant les échanges internationaux, éviter à tout prix le repli sur soi.

Il y a ce géopolitologue qui n’est pas optimiste du tout, très inquiet du monde dans lequel nous faisons entrer nos jeunes. C’est un monde en crise économique que nous avons créée artificiellement, pour sauver des vies, nos vies, mais qui favorise la montée des nationalismes.

Il y a ce chef d’entreprise qui est sur les dents pour repartir à fond les bananes, en mode « allez tout le monde au bureau le 11 mai, ça a assez duré comme ça ! »

Il y a cette DRH qui voit bien que ce n’est pas la solution de tout étouffer comme si rien ne s’était passé. 

Il y a ce syndicaliste qui appelle de ses voeux l’entreprise à tirer les enseignements de cette crise pour construire un monde du travail d’après plus solidaire qui tient compte de l’équilibre vie privée / vie pro.

Il y a cette commerçante qui voudrait bien rouvrir car ses charges continuent de tomber, ses stocks sont toujours là et il aimerait envisager un futur.

Il y a ce soignant qui souhaite qu’on n’oublie pas si vite cette parenthèse pendant laquelle on les applaudissait et et urgences n’étaient pas submergées par des petits maux qui peuvent attendre.  

Il y a cette voisine âgée qui voudrait bien avoir de nouveau des visites, serrer des mains, embrasser des gens et prier de tout et de rien. 

C’est vrai que finalement, c’est pas si mal d’être malade…

Je fais le colibri

Il y a tous ces gens et bien d’autres encore, et moi et moi et moi… Après l’aigle, j’ai décidé de faire le colibri. Je vous avais promis de vous raconter son histoire.  Le colibri migre des Etats-unis vers l’Amérique du Sud. Il est capable de traverser d’une seule traite le Golfe du Mexique, parcourant ainsi 1000 km sans s’arrêter. C’est un petit oiseau très courageux. Selon la tradition chamanique, c’est celui qui ose rêver sa nouvelle vie tout éveillé (je trouve ça trop beau !). C’est cela qui entame son grand voyage avec confiance et légèreté. Il va s’arrêter de-ci de-là pour se reposer, manger, mais jamais il n’oubliera quel est son but, il va aller au bout de son voyage.

Ils sont magnifiques

Alors elle est pas belle mon histoire du colibri ? Donc moi, j’ai réfléchi à ce que je veux dans mon monde d’après. Une prise en considération de l’urgence climatique dans les décisions politiques, un développement économique plus mesuré qui prend soin des écosystèmes de chaque participant au système, un monde de liens, de coopération et de fraternité qui ne se replie par sur soi. 

Et concrètement, je fais quoi pour contribuer à la transition vers un monde de liens positifs et de bienveillance ? J’écris autant que je peux dans mon blog CRAZY! le portrait d’inconnus qui bougent le monde par leurs idées, leurs actions. Ils secouent les modèles actuels et trouvent des solutions. Pourquoi ? 1/Parce que ça fait du bien de lire du positif, 2/parce que ces femmes et ces hommes vont vous donner envie de passer à votre tour à l’action, 3/ parce que vous allez réaliser que vous aussi vous faites déjà plein de choses positives.

Je suis certaine qu’un colibri plein de couleurs sommeille en vous !

2 commentaires sur “Je fais le colibri

  1. Le colibri c’est aussi à chacun de faire sa part, vieux conte amérindien que j’adore ! Merci de lui avoir donné d’autres belles plumes hautes en couleurs sur des odyssées qu’on pense impossible parce qu’inconnues…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s