ArbraCulture : être un acteur du changement et de la transition vers une nouvelle société (1/4)

ArbraCulture est une entreprise régénératrice et militante qui a pour mission de reconnecter l’Homme à la nature par la permaculture. ArbraCulture est co-dirigée par Louis Gavériaux et Thomas Guermonprez, deux hommes engagés et passionnés qui ont l’ambition de devenir un acteur fédérateur de la permaculture dans les Hauts de France. Ils nous expliquent comment la permaculture est une solution pour repenser notre relation à la nature et au partage des ressources et des connaissances. 

Je continue mon exploration de solutions pour construire une nouvelle société. Après avoir découvert le projet en permaculture de la famille de Marjorie et Christophe (cf. série La permaculture, une voie vers une nouvelle société des Chroniques du monde d’après), je me suis intéressée à ArbraCulture, l’entreprise qui les accompagne. ArbraCulture est une toute jeune entreprise fondée par Louis Gavériaux, lui aussi tout jeune puisqu’il n’a que 25 ans. Il s’est associé avec Thomas Guermonprez, de 33 ans son aîné.

Ce sont deux étoiles qui se sont percutées pour fabriquer un soleil bouillonnant d’énergie. Tous les deux militants à leur manière, ils ont des personnalités très complémentaires. Louis a la fougue de la jeunesse. Sur un chantier, il est ferme et précis dans ses gestes, à l’écoute, dispensant un conseil à chacun. Thomas a la sagesse de celui qui a déjà vécu une première vie. Il a su garder l’âme de l’enfant qui s’émerveille d’être enfin heureux. Il s’épanouit dans la transmission à Louis de ses compétences précédemment acquises. 

Louis et Thomas sont accompagnés par Benjamin Degroote, le troisième associé d’ArbraCulture, sur les aspects stratégiques. Ce que je trouve intéressant, c’est qu’ils réussissent à nous démontrer que : 

1/ une entreprise peut allier sens et performance ;

2/ ArbraCulture propose de vraies solutions pour entrer dans la transition écologique ; 

3/ ArbraCulture est une entreprise optimiste qui change l’avenir.

J’ai rencontré Louis et Thomas dans la maison de Louis, nichée au creux du village d’Ascq, derrière la voie ferrée. Son petit jardin est un vrai laboratoire. J’y ai découvert l’idée du parasol naturel, j’ai mangé des feuilles de capucine, j’ai appris ce qu’est un potager d’ombre. J’ai vu le liseron capable de pousser entre le béton camoufler une poutrelle en fer. J’ai compris qu’il fallait observer d’où vient la lumière et comment ruisselle l’eau. Et surtout, je suis repartie avec un cadeau odorant : une pousse de sauge que je me suis empressée de replanter. Vous seriez étonnés de toutes les choses extraordinaires que l’on peut faire dans un petit jardin (50 m²).  

Louis, 25 ans et une détermination à toute épreuve

Une enfance insouciante au milieu de la nature

Louis a 25 ans. Il est originaire de Monchecourt, village minier au coeur de l’Ostrevent dans le Nord. C’est un village plein d’activité et de vie jusque dans les années 70, période à laquelle la mine a cessé ses activités. Louis grandit dans l’ancienne gare du village au milieu d’un immense terrain que ses parents ont transformé en espace naturel. C’est dans ce jardin extraordinaire où il passe son temps à grimper aux arbres qu’il commence à s’intéresser à cette nature qui l’attire immanquablement. Il s’imagine garde forestier, chevauchant dans la forêt. Il passe une enfance joyeuse et insouciante empreinte de liberté. 

La jardin d’enfance de Louis à Monchecourt

A la fin du collège, Louis commence à se projeter plus concrètement dans la vie professionnelle. Rattrapé par la réalité économique du faible salaire de départ d’un garde forestier, il imagine alors devenir écologue ou ingénieur en eaux et forêts. Il passe un bac scientifique au lycée agricole de Wagnonville près de Douai. Un ami l’embarque dans un DUT de génie biologique à Boulogne-sur-Mer. Louis déménage, il a 17 ans, il se dit que cette voie peut lui permettre ensuite de continuer sur un master pour atteindre son objectif. Pour l’instant, il se laisse porter par la vie.

Une mauvaise expérience dans le monde universitaire comme déclic

Louis est passionné par les cours d’écologie. Un ami lui raconte ses 4 mois passés en Thaïlande où il a découvert la permaculture. Cette philosophie de vie l’enthousiasme. Louis fait des expériences dans le jardin de ses parents et commence à développer ses connaissances. Pour valider son DUT, Louis fait un stage dans le domaine du recensement des arbres de la région. Il apprend les arbres, en reconnaît les variétés. Il soutient son stage et obtient son DUT avec succès. Néanmoins son université émet des avis défavorables à la poursuite de ses études et à l’entrée dans la vie professionnelle. Louis trouve ces décisions injustes, lui qui n’a pas ménagé sa peine pour s’investir dans la vie associative de l’université et dans ses études. Cassé par certains de ses professeurs, il s’écarte du monde des études et décide qu’il ne sera pas ingénieur. Il va maintenant avoir à coeur de démontrer qu’il n’a pas besoin de leur diplôme pour atteindre son objectif.

Louis est sur les rails

La naissance d’ArbraCulture : un service civique qui redonne du sens à son projet de vie

C’est en consultant des offres de service civique que Louis découvre le projet qui va changer sa vie : « Rêve et réalise ». Il est emballé par le nom de ce programme d’Unicité, mais pour l’instant, il n’a pas d’idée de projet. Porté par son enthousiasme, il en parle avec sa mère qui lui suggère que c’est le moment de se réaliser dans la permaculture. 

Le projet que présente Louis se nomme « Jardin et Potes âgés ». Il souhaite proposer aux habitants d’un foyer-logement pour personnes âgées de Wasquehal de les accompagner pour aménager leur espace de vie en lieu de permaculture. Il est sélectionné, réunit 4000 euros et intègre comme partenaire le centre d’action sociale de la ville.  

« Jardin et Potes âgés » est un succès. Louis ne veut pas s’arrêter en si bon chemin, il a trouvé sa voie. Il veut maintenant diffuser la permaculture auprès des particuliers, écoles, entreprises, villes. Tous ont des espaces à aménager, de la rambarde de fenêtre au parc. Durant ce premier projet, Louis a été accompagné par Benjamin Degroote, coach et expert en intelligence collective. C’est avec lui que Louis chemine et crée son auto-entreprise. 

ArbraCulture naît en juin 2016. ArbraCulture est un nom chargé de sens qui signifie l’Arbre à Culture. Ce nom réunit tout ce qui est cher à Louis : les arbres qui l’inspirent depuis son enfance, la culture du sol et la culture humaine (musique, danse, théâtre, …).

Rdv le 25 novembre pour la suite de l’article ! Abonnez-vous au blog et à la page Facebook pour être informés !

👇
https://www.facebook.com/bepositivelycrazy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s